• Acronyme :
    ASTEP+
  • Référence :
    1066
  • Domaine de recherche :
    Sciences de la Terre et de l'Univers
  • Région :
    Antarctique
  • Site :
    Observatoire de la Côté d'Azur
  • Responsable du projet :
    Guillot Tristan

Antarctic Southern Photometry telescope

Le nombre d’exoplanets détectés augmente régulièrement. La plupart de ces détections nécessitent un suivi afin d’être confirmés. Le suivi au sol de candidats exoplanètes sera encore plus pertinent avec l’explosion du nombre de candidats exoplanètes qui seront détectées par les futures missions spatiales TESS et JWST. Dans ce domaine, le potentiel d’un telescope robotique de petite taille (30 à 80 cm) a été démontré par TRAPPIST au Chili avec la carcatérisation de plus de 90 exoplanètes. De même,  les résultats obtenus concernant la caractérisation des oscillations delat Scuti de  l’étoile beta Pictoris nous ont permis de démontrer que des observations photométriques d’excellente qualité peuvent être menés en mode automatique depuis Concordia. Nous proposons de poursuivre les observations avec ASTEP en 2019 et au delà. Le coeur du projet ASTEP+ ne requiert que du travail de maintenance pour maintenir la monture, le telescope et les systèmes de support opérationnels et fiables. Des ajustements mineurs sont proposés pour améliorer la résolution spatiale et pour un contrôle plus complet de l’instrument. ASTEP+ fonctionnera en coordination avec TRAPPIST. Il permettra d’observer les transits des les planètes détectées par vitesse radiale, de caractériser des systèmes planétaires et plus généralement des objets à fort impact scientifique. ASTEP+ sera également dédié au suivi photométrique des candidats planètes détectés par le satellite TESS.