Amélioration de la précision des bilans de masse de surface de l'Antarctique - International Trans-Antarctic Scientific Expedition

Le présent projet IPEV ASUMA-ITASE, vise à définir les besoins et les demandes de soutien logistique dans le cadre du projet ANR-ASUMA (financé pour 2014-2018). Dans ce projet, nous avons proposé de réduire l’incertitude autour de la valeur du bilan de masse de surface (BMS) intégré à l’échelle de l’Antarctique, en comblant le manque d’information disponible sur sa distribution spatiale et sur les processus qui en sont à l’origine dans la zone de transition entre la côte et le plateau central, où de grandes variations de BMS sont observées sur de courtes distances. Pour ce faire, nous avons proposé de a) prélever des carottes de névé qui seront datés par méthode radiochimique, puis analysées avec précision dans le cadre d’études isotopiques et chimiques (aérosols), b) d’interpoler les données de BMS précédemment citées en les analysant à l’aide de mesures obtenues avec un radar de surface (GPR) et en utilisant l’information satellitaire (par ex., les micro-ondes), c) d’effectuer des mesures originales de BMS et des caractéristiques de la neige de surface sur le terrain afin de relier les données de surfaces aux données satellitaires. Le présent projet IPEV ASUMA-ITASE définit les besoins logistiques pour la réalisation de trois campagnes de terrain au cours des étés austraux successifs. Une traverse de grande envergure est prévue pour l’été 2016-17. La demande de soutien logistique reliée à cette traverse de grande envergure constitue la demande principale de ce projet. Elle sera précisée dans la réponse à l’appel d’offre pour la campagne de 2016-17. En raison de la distance à parcourir lors de cette traverse, les moyens logistiques propres à la réalisation de traverses scientifiques (tracteurs et caravanes) acquis dans le cadre de l’ANR VANISH et de l’EQUIPEX CLIMCOR seront utilisés. La demande concernera également le transport des échantillons de névé et de glace recueillies sur le terrain pour leur acheminement à Dôme C ou en France. Deux petites campagnes expérimentales sont aussi prévues dans les 50 premiers kilomètres depuis la côte en 2015-16 et en 2017-18 afin d’étudier les zones de fonte.