• Acronyme :
    Ivory
  • Référence :
    1210
  • Domaine de recherche :
    Sciences du vivant
  • Région :
    Arctique
  • Site :
    LECA
  • Responsable du projet :
    Yannic Glenn

In search of Ivory Gull: a sentinel species of climate change in the most threatened and remote areas of Greenland.

Les espèces vivant dans l’Arctique sont confrontées à des changements environnementaux forts. Afin de prédire l’impact de ces changements sur les espèces endémiques de l’Arctique, une meilleure compréhension de leur biologie et de leur écologie est nécessaire. Un nombre limité d’espèces arctiques associées à la glace de mer peut agir comme espèces sentinelles de ces changements globaux, dont les réponses écologiques aux modifications environnementales méritent une attention particulière. C’est le cas de la Mouette ivoire (Pagophila eburnea), une espèce qui complète entièrement son cycle de vie dans l’Arctique et qui doit donc directement faire face aux changements profonds qui affectent l’Arctique. Ici, nous nous proposons d’utiliser des approches complémentaires pour étudier les tendances démographiques, les changements d’utilisation de l’espace et la charge en contaminants des espèces arctiques sous l’influence des changements climatiques et autres modifications environnementales (par exemple, une augmentation de l’exposition des oiseaux aux contaminants), avec la Mouette ivoire comme espèce modèle. Nous allons combiner des approches de génomique (séquençage à haut débit) pour déduire la dynamique de la population et la structure génomique de la population, avec le suivi d’animaux équipés de GPS afin d’explorer les mouvements et le choix de l’habitat de la mouette ivoire sur l’ensemble de son aire de distribution. En outre, nous évaluerons les charges en contaminants des mouettes ivoire dans ses derniers bastions de reproduction au Groenland. Notre approche complémentaire produira des informations biologiques fondamentales pour la conservation de la mouette ivoire dans le contexte du changement climatique et de l’exploitation prévue de ses zones d’alimentation en haute mer.