• Acronyme :
    MAD FOOD
  • Référence :
    1190
  • Domaine de recherche :
    Sciences du vivant
  • Région :
    Arctique
  • Site :
    Université de la Rochelle :
  • Responsable du projet :
    Lebreton Benoit

Kelp Ecology: Macroalgal detritus as a food source in polar coastal ecosystems.

Le projet MAD FOOD (RIS# 10538) est un sous-projet d’un projet pluriannuel de plus grande envergure nommé KOL 06 : « Biologie des macroalgues benthiques en Arctique » (RIS# 2834). KOL 06 permettra d’acquérir de nouvelles connaissances sur les propriétés fonctionnelles et les traits adaptatifs des kelps en Arctique et de leur habitats associés, ainsi que sur les modes d’acclimatation de ces kelps et de leurs habitats face aux changements environnementaux. De 2016 à 2019, KOL 06 permettra d’étudier ces questions en suivant une approche intégrée grâce à la combinaison de différents sous-projets contribuant tous à répondre à la même question globale. Pour les différentes saisons, nous focaliserons sur les forçages saisonniers affectant la biologie des macroalgues, à savoir : réponses physiologiques et stratégies de développement, effort de reproduction et recrutement pendant l’hiver, flux d’énergie et connectivité entre habitats sous l’influence des variations saisonnières. Les effets des forçages saisonniers sur le fonctionnement des systèmes Arctiques benthiques ont été peu étudiés jusqu’à présent, malgré le fait que ces forçages sont prépondérants dans le fonctionnement de ces écosystèmes. Ainsi, KOL 06 permettra d’acquérir des connaissances sur le fonctionnement de l’écosystème et les stratégies de vie des kelps en conditions automnales (2016) et printanières (2017), mais également hivernales (2019). Le sous-projet MAD FOOD sera réalisé en automne 2016 et fin d’hiver 2017. Son objectif est de déterminer le devenir des très grandes quantités de matière produites par les kelps dans les écosystèmes polaires côtiers afin de déterminer comment la qualité de cette source trophique potentielle évolue dans le temps (particulièrement en période hivernale) et si cette ressource est importante dans le fonctionnement du réseau trophique.