• Acronyme :
    ARCTISO
  • Référence :
    1134
  • Domaine de recherche :
    Sciences de la Terre et de l'Univers
  • Région :
    Arctique
  • Site :
    LSCE
  • Responsable du projet :
    Masson-Delmotte Valerie

Observation de la composition isotopique de la vapeur d'eau superficielle à  Ny Alesund

Suite à un déploiement d’un instrument effectué avec succès depuis fin juin 2014, le projet ARCTISO est soumis à nouveau pour 2 ans afin de poursuivre et exploiter la mesure de la composition isotopique de la précipitation et de la vapeur d’eau en surface à Ny Alesund (Svalbard) dans le cadre du projet ANR AC-AHC2 (démarré en 2016). La composition isotopique de la vapeur d’eau reflète l’histoire de la trajectoire des masses d’air atmosphériques, en relation avec les conditions d’évaporation et la distillation se produisant au cours du transport, elle-même affectée par les processus microphysiques nuageux. Les mesures à Ny Alesund s’inscrivent dans le cadre d’études menées sur un ensemble de sites en Atlantique Nord (Bermudes, Islande, Nord-Ouest du Groenland) et en Arctique (Sibérie), complétés par des transects (AWI PolarStern). Elles visent à mieux comprendre les processus contrôlant la composition isotopique de la vapeur d’eau, en particulier en bord de glace de mer, d’évaluer la capacité des modèles de circulation atmosphérique à représenter ces processus, en particulier pour l’excès en deutérium. Combinées à l’étude de rétrotrajectoires et de transport d’humidité, ces mesures pourront permettre d’évaluer la fraction d’humidité de provenance locale et la fraction d’humidité transportée à longue distance. Dans le contexte d’une intensification du cycle de l’eau arctique, cette fraction reste une source d’incertitude importante. Enfin, une meilleure compréhension des processus contrôlant la composition isotopique de la vapeur d’eau permettra de mieux tirer parti des enregistrements paléoclimatiques, comme ceux issus des carottes de glace.