La faune et la flore en Antarctique

Email This Page

A l’inverse de l’inlandsis, véritable désert de vie, l’environnement marin est extrêmement riche. Presque toute la vie en Antarctique est concentrée dans la mer ou sur sa bordure. La biomasse est très importante grâce notamment à des eaux très riches en nutriments et en oxygène.

Plancton et Krill

À l’origine de toute chaîne alimentaire aquatique, le plancton est plus abondant dans les eaux polaires que dans les eaux tropicales. Le krill est constitué de nombreuses espèces de crustacés, se nourrissant de plancton, dont la plus fréquente, l’Euphausia superba, ressemble à une crevette. La masse du krill, sans doute la biomasse la plus abondante de la planète, pourrait dépasser 500 millions de tonnes ! En été, il peut former des bancs de 500 km², dont la couleur rosée est détectable par les pêcheurs mais aussi par les satellites ! Au cœur du réseau alimentaire, le krill sert de nourriture de base aux poissons, baleines, phoques, manchots et autres oiseaux.

Poissons

S’il existe 20.000 espèces de poissons dans le monde, moins de 300 vivent dans l’océan Austral. Parmi les plus caractéristiques, adaptées au milieu polaire, figurent le « poisson des glaces » (Champsocephalus gunnari), dont le sang ne contient pas d’hémoglobine, et le Notothenia, qui sécrète des molécules antigel.

Flore

Sur le continent la flore est très peu développée. On y trouve des lichens et des mousses sur les rochers, des algues microscopiques dans la glace ou dans les lacs souvent gelés, ainsi que 2 plantes à fleurs dans la péninsule Antarctique, plus tempérée.

En revanche de nombreuses espèces d’oiseaux et de mammifères marins sont présentes sur les côtes, la banquise et dans l’océan.

Oiseaux

Une quarantaine d’espèces d’oiseaux, représentant 200 millions d’individus, vivent dans la zone australe ; la moitié d’entre eux se reproduit pendant l’été sur les rares terres et îles qui bordent le continent. Les espèces les plus représentées sont les pétrels, les skuas, les sternes et bien sûr les manchots.

CeAnt-DumontDurville-Faune-CyrilGALLUT-2014-IPEV-34s derniers sont des oiseaux ne pouvant pas voler mais extrêmement bien adaptés au milieu marin et au froid. Quatre espèces vivent en Antarctique, mais si manchots à jugulaire et papous fréquentent la péninsule, seuls les Adélie et les empereurs nichent sur le rivage des côtes. Les manchots se regroupent par milliers sur la banquise ou sur les côtes en formant ce que l’on appelle des rookeries afin de se tenir chaud. Le manchot empereur est le plus grand et le plus lourd des manchots. On le trouve dans quelques dizaines de colonies seulement, chacune constituée de milliers d’individus.

Mammifères

Ant-Astrolabe-Faune-BrunoEtMarieCUSA-2014-IPEV-86Cétacés (baleines, orques…) et des Pinnipèdes (phoques et otaries), au nombre de 8 espèces, dont 4 se reproduisent près du continent. Cependant, les otaries ne dépassent pas la péninsule et il n’y a pas de morse. Plusieurs espèces sont particulières à l’Antarctique : les phoques crabiers, les plus nombreux, comptent plus de 15 millions d’individus, alors que ceux de Weddell sont les plus imposants (3 m de long pour plus de 400 kg) ; les léopards de mer, plus rares, se nourrissent principalement de manchots : ils peuvent en avaler jusqu’à 20 par jour !