Arctique

image_pdf
Email This Page

Position (79°N – 12°E)
Températures moyennes en été :+ 4°C
Températures moyenne en hiver : – 12°C

L’AWIPEV : Base Arctique Franco-Allemande Spitzberg.

À Ny-Ålesund, village scientifique international, situé au nord-ouest de l’île du Spitzberg, l’IPEV dispose d’infrastructures permettant la réalisation de programmes de recherche.

L’Institut allemand Alfred Wegener pour la recherche polaire et marine (AWI) et l’Institut polaire français Paul Emile Victor (IPEV) exploitent leurs stations de recherche à Ny-Ålesund comme une station de recherche commune franco-allemande appelée base arctique AWIPEV.

Arc-Corbel-GoulvenLARGOUET-2010-IPEV-6

Cette base offre un potentiel important en terme de capacités d’accueil, de services et d’équipements scientifiques, permettant de mener des recherches dans différents domaines notamment en sciences de la vie et en sciences de l’atmosphère.

 Au village de Ny alesund, L’AWIPEV peut accueillir jusqu’à 16 scientifiques. Les moyens disponibles sont des bureaux, des ateliers, un laboratoire moderne équipé pour des observations géophysique, des travaux de biologie ou de chimie, des espaces de stockages des moyens de déplacements tels que motoneiges, ski, embarcations…

  • La base Jean Corbel, située à 5 km au sud-est de Ny-Ålesund a une superficie de 150 m² et peut accueillir jusqu’à 8 personnes en été. Cette base autonome en énergie propre et isolée de toutes pollutions locales d’origine humaine peut accueillir des mesures en physico chimie de l’atmosphère ou glaciologie, géologie…

3 hivernants occupent la base toute l’année. Un chef de base, un ingénieur et un logisticien se chargent du fonctionnement de l’AWIPEV. Pendant la nuit boréale, qui dure de fin octobre à fin février, la priorité est donnée aux mesures optiques de l’atmosphère en particulier avec des lasers et un photomètre stellaire.

 En hiver et au printemps la base est souvent visitée par des ours polaires qui sont des animaux protégés. Des cours sur le comportement à adopter en cas de rencontre avec un ours sont obligatoires pour toutes les personnes amenées à travailler à l’extérieur du village.

Dès que la lumière du soleil réapparait début mars, les activités scientifiques à l’extérieur peuvent reprendre.
Fin mars, le fjord est libéré de ses glaces et la navigation redevient possible. Début avril, il fait jour 24h/24 et les scientifiques ont une très grande liberté d’action.

Ny-Ålesund est rapidement et facilement accessible par avion à partir d’Oslo ou de Tromsø. À Ny-Ålesund, l’effectif maximum de 150 personnes en été se réduit à une trentaine de personnes en hiver.

Arc-Science-MyrtilleMOREAU-2009-IPEV-20Le Svalbard, territoire norvégien est, dans le contexte arctique, un cas particulier. Il est régi par un Traité international datant de 1920 (Traité de Paris) qui autorise toute personne ou société ressortissante d’un pays adhérent à s’y établir. Plusieurs pays y ont ainsi une activité scientifique régulière à partir du village scientifique de Ny Ålesund qui accueille jusqu’à 20 équipes de nationalités différentes. L’IPEV avec l’appui de la Fondation franco-norvégienne a développé l’implantation française déjà existante : la base Jean Corbel située à 5 km de Ny Ålesund et dans le village lui-même, la base Charles Rabot.
En 2003, à l’occasion du quarantième anniversaire du traité d’amitié franco-allemand, l’Alfred Wegener Institute (AWI) et l’IPEV ont décidé de mettre en commun leurs moyens au Spitzberg pour créer une base de recherche

 

Écologie, biologie des populations

  • Mécanismes énergétiques et hormonaux impliqués dans la régulation de l’effort reproducteur des oiseaux marins arctiques, capacités d’adaptation aux changements climatiques.
  • Processus d’orientation à grande distance des oiseaux marins (cas du fulmar boréal).
  • Fonctionnement et adaptation des populations de pucerons, endémiques et introduites, dans les milieux arctiques.
  • Modification du cycle biologique des prédateurs planctoniques en réponse aux évolutions climatiques.

Géophysique interne

  • Mesures de gravité absolue : variations temporelles à long terme de la gravité, relations avec les déglaciations anciennes et actuelles.

Sciences de l’atmosphère

  • Dynamique et structure thermique de la thermosphère à partir de mesures par moyens optiques de la vitesse du vent et de la température.
  • Différentes formes de mercure dans l’atmosphère et la neige, évaluation du flux de dépôt et d’émission annuel du mercure sur le manteau neigeux arctique et du transfert de ce mercure vers les écosystèmes lors de la fonte.
  • Effets climatiques directs et indirects des aérosols et des nuages en région arctique.

Glaciologie

  • Réactivité des glaciers aux fluctuations climatiques contemporaines. Étude sur plusieurs années de la dynamique spatio-temporelle d’un hydro-système polaire.

Océanographie

  • Impact des saumures qui résultent de la formation des glaces de mer sur le régime hydrodynamique des fjords, écoulement des eaux denses en profondeur.
  • Devenir des apports de sédiments issus de l’érosion des glaciers dans le milieu côtier. Mesures en continu à haute résolution et haute fréquence.

EN CHIFFRE...

79°N - 12°E