Subantarctique

image_pdf
Email This Page

La France possède trois groupes d’îles situés à la limite des océans Indien et Austral : Crozet, Kerguelen et Amsterdam – Saint Paul.

Ces îles organisées en trois districts ont le statut de Territoire d’Outre-Mer. La représentation de l’État est assurée par l’administration des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF). Dans chacun de ces districts, où il n’y a pas de population permanente, il existe une base à vocation scientifique :

L’administration des Taaf est responsable de la gestion fonctionnelle de ces bases ; l’IPEV a en charge la maintenance des laboratoires scientifiques, l’installation des nouveaux équipements de recherche, le ravitaillement et la remise en état des refuges éloignés servant aux différents programmes.

Base de Port-aux-FrançaisSub-Kerguelen-Base-ThibaultVERGOZ-2009-IPEV-214

  • 48°27 -50°00 S, 60°27’-70°35’E
  • 1800 m d’altitude (Mont Ross)
  • 1er hivernage en 1949
  • Environ 50 hivernants et jusqu’à 100 personnes l’été

Programmes de recherche

Géophysique interne

  • Sismologie : observation à très large bande et à grande dynamique des mouvements du sol.(réseau des observatoires sismologiques globaux)
  • Magnétisme : Enregistrement des variations du champ magnétique terrestre, traitement des données et diffusion dans les centres mondiaux à travers le réseau Intermagnet.
  • Mesure du niveau de la mer et étude des variations séculaires du niveau de la mer : traitement et validation des mesures altimétriques satellitales, surveillance des tsunamis.

Géophysique externe

  • Observation de la composante nucléonique du rayonnement cosmique: étude de l’accélération des protons dans les éruptions solaires, compréhension de la propagation du rayonnement cosmique dans l’héliosphère
  • Programme SuperDARN (Super Dual Auroral Radar Network) de radars cohérents HF : observations continues de la convection du plasma ionosphérique dans les régions de haute latitude, zones aurorales et calotte polaire

Ecologie, écophysiologie, réponse aux variations environnementales

  • Variation spatio-temporelle de l’environnement et écologie des oiseaux et mammifères marins, suivi à long terme des populations d’oiseaux et mammifères marins.
  • Etude des communautés virales et microbiennes hyperthermophiles des sources hydrothermales de l’île
  • Biodiversité et fonctionnement des écosystèmes terrestres. Impact des évolutions climatiques et de l’introduction de nouvelles espèces.
  • Communication des oiseaux et mammifères marins : olfaction, signaux optiques, signaux acoustiques (rôle dans la reconnaissance individuelle chez les manchots, choix du partenaire chez les pétrels et les éléphants de mer)
  • bilan immuno-écotoxicologique de l’eau et des salmonidés des îles Kerguelen
  • Stratégie énergétique en mer de prédateurs s’alimentant par plongée (manchots, cormorans, phoques). Etude écophysiologique par télémétrie des déplacements alimentaires, quantification énergétique, potentiel bio-indicateur des prédateurs plongeurs. Utilisation comme plate-forme d’investigation en océanographie physique

Chimie de l’atmosphère

  • Surveillance à long terme de la stratosphère (réseaux NDSC et WMO), impact climatique des PSC, tendance de l’ozone, validation des missions satellites

Base Alfred FaureSub-Crozet-Paysage-ChristopheGUILLERM-IPEV-1

  • 46°25’S – 51°51’E
  • 934 m d’altitude (Pic du Mascarin)
  • 1er hivernage en 1962
  • Environ 25 hivernants et jusqu’à 50 personnes en été

Programme de recherche

Géophysique interne

  • Sismologie : observation à très large bande et à grande dynamique des mouvements du sol.(réseau des observatoires sismologiques globaux)
  • Magnétisme : Enregistrement des variations du champ magnétique terrestre, traitement des données et diffusion dans les centres mondiaux à travers le réseau Intermagnet.
  • Mesure du niveau de la mer et étude des variations séculaires du niveau de la mer : traitement et validation des mesures altimétriques satellitales, surveillance des tsunamis.

Ecologie, écophysiologie, réponse aux variations environnementales

  • Variation spatio-temporelle de l’environnement et écologie des oiseaux et mammifères marins, suivi à long terme des populations d’oiseaux et mammifères marins.
  • Mécanismes d’adaptation au froid chez les endothermes et ectothermes antarctiques, approche intégrée allant de l’animal entier, aux niveaux tissulaires jusqu’à l’expression des gènes.
  • Physiologie, capacités énergétiques et comportement du manchot royal
  • Biodiversité et fonctionnement des écosystèmes terrestres. Impact des évolutions climatiques et de l’introduction de nouvelles espèces.
  • Stratégie énergétique des prédateurs marins (oiseaux plongeurs). Etude des adaptations comportementales et physiologiques permettant aux manchots de faire face aux contraintes environnementales (changements climatiques saisonniers et inter-annuels) et d’assurer le succès de leur reproduction.
  • Communication des oiseaux et mammifères marins : olfaction, signaux optiques, signaux acoustiques (rôle dans la reconnaissance individuelle chez les manchots, choix du partenaire chez les pétrels et les éléphants de mer).
  • Stratégie énergétique en mer de prédateurs s’alimentant par plongée (manchots, cormorans, phoques). Etude écophysiologique par télémétrie des déplacements alimentaires, quantification énergétique, potentiel bio-indicateur des prédateurs plongeurs. Utilisation comme plate-forme d’investigation en océanographie physique.

Chimie de l’atmosphère

  • Etude du cycle atmosphérique du soufre. Rôle des aérosols troposphériques dans le système climatique de l’océan Austral. Quantification du rôle des sels de mer et impact sur la chimie atmosphérique
  • Suivi à long terme des gaz à effet de serre CO2, CH4, N2O, SF6

 

Base Martin-de-VivièsSub-Amsterdam-Base-PierreCHARTIER-2014-IPEV-13

  • 37°50’S – 77°32
  • 881 m d’altitude (Mont de la Dives)
  • 1er hivernage en 1950
  • Environ 25 hivernants et jusqu’à 50 personnes en été

Programmes de recherche

Géophysique interne

  • Sismologie : observation à très large bande et à grande dynamique des mouvements du sol.(réseau des observatoires sismologiques globaux)
  • Magnétisme : Enregistrement des variations du champ magnétique terrestre, traitement des données et diffusion dans les centres mondiaux à travers le réseau Intermagnet.
  • Mesure du niveau de la mer et étude des variations séculaires du niveau de la mer : traitement et validation des mesures altimétriques satellitales, surveillance des tsunamis.

Ecologie, écophysiologie, réponses aux variations environnementales

  • Physiologie, capacités énergétiques et comportement du manchot royal
  • Variation spatio-temporelle de l’environnement et écologie des oiseaux et mammifères marins. Suivi à long terme des populations d’oiseaux et mammifères marins.
  • Biodiversité et fonctionnement des écosystèmes terrestres. Impact des évolutions climatiques et de l’introduction de nouvelles espèces.
  • Etude des communautés virales et microbiennes hyperthermophiles des sources hydrothermales de l’île d’Amsterdam

Chimie de l’atmosphère

  • Etude du cycle atmosphérique du soufre
  • Rôle des aérosols troposphériques dans le système climatique de l’océan Austral. Quantification du rôle des sels de mer et impact sur la chimie atmosphérique
  • Suivi à long terme des gaz à effet de serre CO 2, CH 4, N 2O, SF 6 : l’île Amsterdam est le point de référence mondial dans le programme RAMCES (Réseau Atmosphérique de Mesure des Composés à Effet de Serre)

Toutes les îles Subantarctiques sont parsemées de refuges, abris provisoires pour les chercheurs et les logisticiens, qui leurs permettent d’aller travailler dans les recoins les plus isolés. ..

Bache_refuges_ilessub

3Baches_paysages_IlesSub-3 3Baches_paysages_IlesSub-2 3Baches_paysages_IlesSub-1