Les régions polaires > Antarctique > Regard sur la faune et la flore > Le manchot empereur

D'autres espèces remarquables

Le manchot empereur

Nom commun
Le manchot empereur
Nom scientifique
Aptenodytes forsteri

La tête et le cou colorés de jaune, le manchot empereur est le plus grand et le plus lourd des manchots puisqu'il mesure plus de 1 mètre (de 1 à 1,3 m) pour une 30e de kilos (25 à 41 kg).

Le dos est d'un noir bleu-gris, la queue, la tête, le menton et la gorge sont noirs tandis que le ventre est blanc. Le manchot empereur s'isole du froid grâce à 4 couches de plumes en forme d'écailles d'une épaisseur totale de 12 mm (environ 85% du pouvoir isolant), auxquelles s'ajoute une couche de graisse. Ils se nourrissent de petits poissons, de krill et de céphalopodes. Phoques léopards et orques pour les adultes en mer, pétrels géants et skuas pour les poussins sont leurs prédateurs principaux.

Le manchot empereur, migrant à l'inverse de toutes les autres espèces, est un exemple unique d'adaptation au froid et au jeûne.

En avril ou mai, au moment où toutes les autres espèces vivantes quittent les bords du continent mais où la banquise est suffisamment épaisse pour soutenir leur poids, on les voit converger lentement en longues files vers leur lieu de reproduction. Les partenaires se reconnaissent grâce à leurs cris et, après une cour de plusieurs semaines, un seul oeuf est pondu, dont l'incubation est assurée par le mâle pendant que la femelle retourne en mer. Il n'y a pas de nid et l' oeuf repose sur les pattes du père, recouvert par un repli de sa paroi abdominale. Soumis à la nuit polaire, au froid et au blizzard, les adultes se regroupent sur la glace et le mâle jeûne plus de 3 mois, perdant la moitié de son poids. Le retour de la femelle coïncide avec l'éclosion, un retour que son partenaire attend jusqu'à la limite de ses réserves avant de se mettre en marche pour retrouver la mer nourricière. Le poussin est ensuite alimenté par la femelle. Il s'émancipera 250 jours environ après les retrouvailles du couple, achevant sa mue sur les glaces qui partent à la dérive.

La population mondiale est estimée à environ 200.000 couples mais les chiffres varient de 135.000 à 400.000 couples. Seules quelques dizaines de colonies sont répertoriées, chacune constituée de milliers d'individus et uniquement sur le continent Antarctique et la péninsule. Le manchot empereur possède des cris qui sont un langage de reconnaissance, d'abord entre les partenaires du couple, et ensuite, entre le couple et le jeune, pour pouvoir se localiser dans ces immenses rookeries .

.