Les régions polaires > Îles Subantarctiques > Regard sur la faune et la flore > L'éléphant de mer austral

D'autres espèces remarquables

L'éléphant de mer austral

Nom commun
L'éléphant de mer austral
Nom scientifique
Mirounga leonina

C'est le plus grand Pinnipède au monde. Il existe une autre espèce d'éléphant de mer ( Mirounga angustirostris), présente sur la côte pacifique nord-américaine.

Le dimorphisme sexuel est très marqué : le mâle adulte, affublé de narines en forme de trompe (d'où son nom), peut atteindre 6,5 m de long et peser plus de 3 tonnes, la femelle ne dépassant pas la moitié pour une tonne au maximum.

Son régime alimentaire exclusivement aquatique (poissons, céphalopodes) l'amène régulièrement à faire des apnées de plus de 30 minutes à de grandes profondeurs (dépassant souvent 1.000 m). Les records de plongée ont été relevés à près de 2 heures pour la durée et à plus de 1.800 m pour la profondeur. Il lui arrive même de se reposer en apnée en se laissant flotter entre deux eaux ! Il passe la majeure partie de son temps dans l'eau et revient sur terre pour le "farniente", la période de mue, l'accouplement et les soins aux jeunes. On le trouve souvent au milieu de colonies de manchots.

À partir de septembre, le mâle se dirige vers le lieu de reproduction afin de trouver une parcelle de plage et former un harem (qui peut compter jusqu'à 100 femelles), qu'il devra gagner lors de rudes batailles contre les autres mâles. Le mâle dominant est alors surnommé "pacha". Chaque année, la femelle arrive à terre pour mettre bas d'un jeune d'environ 30 kg (ils sont appelés "bonbons") qui sera sevré en 1 mois à 300 kg. Après cette brève période d'élevage, la femelle est fécondée par le mâle et retourne en mer durant 11 mois. La femelle reviendra alors à terre pour une nouvelle saison de reproduction.

Il fut chassé intensément au cours du 19e siècle et dans une moindre mesure jusqu'au milieu du 20e siècle. Menacé alors d'extinction, les effectifs se sont aujourd'hui en partie reconstitués autour de 650.000 individus, dont 150.000 environ dans les îles australes françaises.

.