Liens utiles

image_pdf
Email This Page

L’IPEV développe de nombreux partenariats autour des recherches polaires mais aussi sur les questions environnementales, géopolitiques ou encore de gestion internationale.

Terres australes et antarctiques françaises Taaf

Les Terres australes et antarctiques françaises sont, depuis la loi du 6 août 1955, un Territoire d’outre-mer doté de l’autonomie administrative et financière. Cette collectivité d’outre-mer possédant l’autonomie administrative et financière a été créée en 1955. Les Terres australes et antarctiques françaises sont formées par l’archipel de Crozet, l’archipel des Kerguelen, les îles Saint-Paul et Amsterdam, la terre Adélie et les îles éparses: Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India dans le canal du Mozambique et Tromelin au nord de la Réunion. Pour en savoir plus : http://www.taaf.fr/

Dans l’archipel de Crozet, l’archipel des Kerguelen, les îles Saint-Paul et Amsterdam, où il n’y a pas de population permanente, il existe une base à vocation scientifique. L’administration des Taaf est responsable de la gestion fonctionnelle de ces bases. L’IPEV assure quant à lui la responsabilité des programmes scientifiques qui y sont développés.

Comité national français des recherches arctiques et antarctiques (CNFRA)

Le CNFRA est une association loi 1901 (déclaration du 29 juin 1995, parution au JO du 19 juillet 1995). Il a pour objet de :

  • promouvoir les études et les recherches scientifiques françaises dans les régions arctiques, subarctiques, antarctiques et subantarctiques
  • assurer la représentation de la France au Comité scientifique des recherches antarctiques (SCAR ) et à ses groupes de travail
  • favoriser la coopération internationale et soutenir l’interaction des recherches françaises dans les programmes internationaux
  • offrir un forum pour le développement de programmes scientifiques
  • contribuer à la communication et à l’information sur les recherches scientifiques entreprises dans les régions polaires et subpolaires. Le siège social du CNFRA est au Cofusi, à l’Académie des sciences

Les journées scientifiques du CNFRA
Ces journées pluridisciplinaires, organisées chaque année en concertation avec l’Institut polaire français Paul-Emile Victor (IPEV), sont destinées à promouvoir la recherche polaire française. Elles sont l’occasion de rencontres entre les scientifiques menant leurs travaux en milieu polaire et sub-polaire. Elles sont aussi une opportunité unique de faire sortir la science des murs des laboratoires en facilitant les échanges entre les spécialistes et le public et sont ouvertes à tous.

Pour en savoir plus  : http://www.cnfra.org

Les missions de l’IPEV et la particularité des sites où il intervient rendent nécessaire l’établissement de relations privilégiés avec d’autres instituts polaires étrangers. Quatre principaux accords de collaboration ont ainsi été signés avec :

Le Programma Nazionale di Ricerche in Antartide (PNRA) italien

dans le cadre du partenariat établi pour la construction, puis la gestion de la station Concordia (depuis 1993) Programma Nazionale Ricerche in Antartide. En 1993, la France et l’Italie décident la création d’une nouvelle base permanente située à l’intérieur du continent, Concordia. http://www.pnra.it/

L’Alfred Wegener Institut (AWI)

en Allemagne, dans le cadre de la mise en commun des infrastructures allemandes et française à Ny Alesund, au Spitsberg, créant la base AWIPEV en 2003. Cette base offre un potentiel important en terme de capacités d’accueil, de services et d’équipements scientifiques, permettant de mener des recherches dans différents domaines notamment en sciences de la vie et en sciences de l’atmosphère.

L’Australian Antarctic Division (AAD)

en Australie, pour faciliter la collaboration logistique entre les deux organismes ; cet accord vise également à promouvoir des collaborations scientifiques entre les deux pays en Antarctique et sur les stations subantarctiques (2012). http://www.antarctica.gov.au/

Le Service public fédéral belge « Politique scientifique » (BELSPO)

dans le cadre d’une collaboration scientifique et logistique renforcée en Antarctique https://www.belspo.be/

D’autres accords impliquent également l’IPEV avec ses homologues coréen et américain. Enfin, il faut noter l’accord particulier signé avec l’ESA (et notre partenaire italien, PNRA) pour développer des recherches intéressant spécifiquement l’agence spatiale européenne, relative à l’adaptation humaine aux vols de longue durée et à la technologie de certains équipements embarqués (unités de traitement des eaux usées par exemple). La station Concordia, de par ses caractéristiques, constitue en effet un analogue terrestre exceptionnel aux yeux de l’ESA pour mener de telles recherches. http://www.esa.int/Our_Activities/Human_Spaceflight/Concordia

Outre ces accords bilatéraux, l’IPEV est conduit à participer à plusieurs forums internationaux parmi lesquels :

European Polar Board (EPB)

Lancé en 2004, l’EPB regroupe les agences de financement et les agences polaires nationales de 19 pays européens dont la Russie. Son objectif est de développer un plan d’action pluriannuel sous les auspices de l’Union Européenne permettant de renforcer la recherche européenne dans les régions polaires notamment à travers de nouvelles synergies et une optimisation des moyens.

Pour en savoir plus : http://www.europeanpolarboard.org/

Council of Managers of National Antarctic Programs (COMNAP)

En 1988, un conseil international fut créé afin de fédérer les opérateurs scientifiques nationaux en Antarctique. Ce COMNAP assure, via son comité permanent le Scientific Committe on Antarctic Logistics and Operations (SCALOP), la coordination des moyens logistiques mis en œuvre en Antarctique. Il possède également différents groupes de travail dont les objectifs sont de faciliter à l’échelon international l’organisation des expéditions et l’échange d’informations sur l’Antarctique. Ce dernier point, une des priorités au regard du Traité sur l’Antarctique, conduit à la création progressive de bases de données dans chaque pays développant des activités en Antarctique. https://www.comnap.aq

Scientific Committee on Antarctic Research (SCAR)

L’effort de coopération internationale scientifique en Antarctique durant l’AGI a conduit, en mars 1958, à la création du Scientific Committee for Antarctic Research (SCAR). http://www.scar.org/

Le SCAR, organisation non gouvernementale, placée sous l’autorité de l’International Council for Science (ICSU), réunit en forum les scientifiques de tous pays ayant des programmes de recherche en Antarctique. Il a pour mission de permettre la planification des recherches et de faciliter la coopération scientifique internationale dans cette partie du globe. Un plan de recherche recentrant le travail des pays membres autour de quelques thèmes fédérateurs a été adopté :

  • L’Antarctique et le système climatique global
  • L’évolution du climat en Antarctique
  • Évolution et biodiversité en Antarctique
  • Environnement des lacs antarctiques subglaciaires
  • Interactions entre vent solaire et atmosphère terrestre

RCTA Réunion Consultative du Traité sur l’Antarctique http://www.ats.aq

CPE Comité pour la Protection de l’Antarctique (mis en place par le Protocole de Madrid) http://www.ats.aq/f/ep.htm

IASC International Arctic Science Committee http://www.iasc.info/

Fondé en 1990, l’International Arctic Science Committee (IASC) est une organisation non gouvernementale qui a pour objectif de faciliter la coopération en Arctique dans tous les domaines de recherche. Les 18 organisations membres de l’IASC se rassemblent une fois par an. Le secrétariat de l’IASC est basé à Oslo en Norvège.

Alsace

Aquitaine

Auvergne

Bourgogne

Bretagne

Centre

Champagne-Ardenne

Franche-Comté

Haute-Normandie

Île-de-France

La Réunion

Languedoc-Roussillon

Midi-Pyrénées

Nord-Pas-de-Calais

Pays de la Loire

Poitou-Charentes

Provence-Alpes-Côte d’Azur

Rhône-Alpes