L’alimentation des manchots Adélie

Email This Page

Pour la première fois en 2016-17 et 2017-18, une équipe a pu acquérir des données sur les voyages alimentaires en mer de manchots Adélie de la colonie de Cap Bienvenue, située à 24 km à l’Est de la colonie intensément étudiée de l’Ile des Pétrels (près de la base française de recherche Dumont d’Urville, Terre Adélie, Antarctique de l’Est). Ils ont pu comparer le comportement alimentaire des manchots des deux colonies en mettant en relation leurs mouvements en mer avec des données journalières de concentration de glace.

Grâce aux suivis GPS, ils ont mis en évidence une stratégie commune dans les deux colonies : plutôt que de s’alimenter dans les zones d’eau libre situées proche des colonies – comme les polynies – les manchots ont parcouru le double de distance pour se nourrir au niveau de la bordure de glace.

Ces résultats indiquent que les manchots Adélie en Antarctique de l’Est favorisent des zones prévisibles en termes d’abondance de nourriture – comme la bordure de glace réputée pour abriter de grande quantité de krill – quitte à fournir plus d’effort pour les rejoindre. Cette stratégie commune observée dans deux colonies apporte de nouveaux indices quant au potentiel d’élargir les observations faites à l’échelle d’une colonie sur les colonies adjacentes en Antarctique de l’Est.

Cette étude a été principalement réalisée au Centre d’Etudes Biologiques de Chizé (CEBC-CNRS, Villiers en Bois, France; Candice Michelot, Akiko Kato et Yan Ropert-Coudert) en partenariat avec l’Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien (IPHC-CNRS, Strasbourg, France; Thierry Raclot), le Sea Mammal Research Unit (SMRU, St Andrews UK; Pauline Goulet), le National Institute of Polar Research (NIPR, Tokyo, Japon; Kozue Shiomi) et le laboratoire duLittoral Environnement et Sociétés (LIENSs, La Rochelle, France; Paco Bustamante).