• Acronyme :
    ETHOTAAF
  • Référence :
    354
  • Domaine de recherche :
    Vie
  • Région :
    Subantarctique, Kerguelen
  • Site :
    Site du CEFE
  • Responsable du projet :
    Bonadonna Francesco

Écologie comportementale des oiseaux subantarctiques

Les individus sont programmés pour survivre, se reproduire et optimiser leur fitness. Pour
accomplir ces tâches, leur comportement se modifie en réponse aux interactions
avec leurs congénères, avec d’autres organismes et avec les éléments de leur
environnement. Le comportement est ainsi la ligne de base de toutes les
activités des animaux et devrait être continuellement ajusté à l’environnement
qui entoure l’individu. Notre projet, centré sur le comportement animal et l’écologie
sensorielle, vise à étudier les différents facteurs agissant sur le
comportement des oiseaux de mer. Parmi ces facteurs, les signaux provenant
d’autres individus apportent d’importantes informations pour la communication.
Nous nous intéresserons particulièrement aux signaux impliqués dans le
processus de choix du partenaire. Chez les pétrels, ce processus comportemental
passe par des signaux acoustiques et olfactifs donnant des informations sur des
avantages directs ou indirects (respectivement) qu’un partenaire potentiel peut
apporter à la descendance. Mais les signaux provenant d’autres individus
peuvent également influer sur le comportement des animaux sans qu’une communication
réelle entre individus soit impliquée. Cela pourrait être le cas pour les
manchots royaux, chez lesquels l’orientation au sein d’une colonie pourrait se
faire en s’aidant du paysage acoustique formé par tous les appels des manchots au
sein d’une colonie. Dans ce cas, ce qui est utilisé n’est pas l’information qui
passe entre deux individus, mais le bruit constant que tous les chants forment
dans l’environnement. Pour tester cette hypothèse nous étudierons comment ce
paysage acoustique est formé et s’il est effectivement utilisé pour s’orienter.
Toutefois, l’orientation et le positionnement dans, et de, la colonie peut
également être influencé par des signaux liés à la présence de prédateurs ou à d’autres
éléments de l’environnement (vagues, température, pluie, inondations, etc.). La
structuration de la colonie reflètera la façon dont les individus réagissent à
l’ensemble de ces informations. Comprendre les mécanismes de formation et de la
dynamique de ces colonies, permettra de mieux comprendre la structuration de
son paysage sonore et être, de ce fait, un élément déterminant pour comprendre
les mouvements individuels dans ces environnements surpeuplés.