Caractérisation et suivi des environnements et paléoenvironnements de Kerguelen à l'aide d'amibes à thèque

En raison de leur position géographique, sous l’influence des vents d’ouest de l’hémisphère Sud et sous l’influence du courant circumpolaire Antarctique, les îles subantarctiques des Kerguelen sont un site d’expérimentation naturel parfait pour l’enregistrement des changements environnementaux récents.
Les amibes à thèques ont été étudiées en Antarctique et des îles subantarctiques au travers d’une petite centaine d’études. Dans l’archipel des îles de Kerguelen, elles sont décrites dans quatres études assez extensives en 1904, 1908, 1912 et 1981. Ces études révèlent la présence d’espèces cosmopolites avec quelques rares d’une distribution plus restreinte. Les proportions des différentes espèces et la composition des communautés dépendent du degré hygrométrique, du pH, de la température et de facteurs biogéographiques. D’autre part, les squelettes de ces amibes se préservent et sont donc des témoins des environnements du passé. Ainsi, en caractérisant les contraintes environnementales des communautés d’amibes à thèques moderne, en définissant des espèces indicatrices de tous les sous-environnements identifiable, il est possible de reconstituer les paléo-environnements récents et modéliser les changements important opérant au cours des dernières décennies.
Ainsi, le projet à long terme consiste en la mise en place d’un outil de caractérisation des changements environnementaux enregistrés dans les îles du subantarctique, basé sur l’observation des amibes à thèques préservées. Les objectifs du programme EnviKer sont ainsi de :
1) proposer une cartographie plus dense et plus exhaustive des communautés d’amibes à thèques dans les différentes unités du paysage des îles de Kerguelen tout en suivant, un gradient de précipitations Est-Ouest, un gradient de qualité et de quantité du substrat organique et inorganique. Le projet se concentrera tout particulièrement sur des analyses minéralogiques et de géochimie moléculaire pour définir de manière précise les caractéristiques du milieu. La diversité des amibes à thèques sera estimée tant par les techniques génétiques que des observations plus classiques. Pour chaque unité environnementale, nous définirons les espèces indicatrices. Les différentes interactions sont résumées dans la figure présentée dans le paragraphe d’objectifs.
2) proposer une reconstitution des paléo-environnements sur la base statistique de l’analyse des espèces indicatrices d’amibes à thèques extraites de carottes de sédiments. Dans les environnements lacustres les carottes étudiées sont celles récupérées par les projets PALAS et TALISKER pilotés par le Laboratoire EDYTEM sous la direction de Fabien Arnaud. Ces carottes bénéficiant de nombreuses analyses tant du point de vue de la chimie organique, moléculaire et inorganique, nous bénéficierons d’une base de données efficace pour l’inter-comparaison des paléo-environnements que nous reconstituerons avec les amibes à thèques. Nous complèterons les prélèvements avec des carottages courts dans les tourbières, sols et végétaux en coussins dans lesquels nous déploierons toutes les analyses possibles.

Enviker pour les classes

L’équipe du projet EnviKer propose aux enseignants de suivre la mission avec leurs classes à travers des fiches pédagogiques :