• Acronyme :
    LISISKER
  • Référence :
    1239
  • Domaine de recherche :
    Univers
  • Région :
    Subantarctique, Kerguelen
  • Site :
    Laboratoire Magmas et Volcans:
  • Responsable du projet :
    Bascou Jérôme

Etude des structures de la lithosphère et de la sismicité de Kerguelen

L’objectif principal du projet LISISKER (étude des structures de la lithosphère et de la sismicité de Kerguelen) est de caractériser la structure et la déformation de la lithosphère de Kerguelen à l’aide de données sismologiques et géologiques. Le projet LISISKER correspond à une approche multidisciplinaire et combine un ensemble de méthodes d’analyse et d’interprétation permettant de relier des enregistrements géophysiques (notamment de la sismologie), des caractérisations géologiques à plusieurs échelles et des modèles géodynamiques. Les structures à grande échelle de la lithosphère telles que le Moho et les zones privilégiées de transfert de matière et de fluides à l’aplomb du panache de Kerguelen sont caractérisées à l’aide des ondes sismiques issues de séismes lointains (études des ondes SKS, études des fonctions récepteurs…). Les enregistrements sismiques sont interprétés en tenant compte des caractérisations pétrophysiques effectuées sur des xénolithes ramenés à la surface par les écoulements basaltiques. Ces xénolithes, de taille centimétrique, représentent des morceaux de la croûte profonde et du manteau lithosphérique. Les propriétés sismiques de ces échantillons sont calculées en tenant compte des caractéristiques pétrologiques, géochimiques et cristallographiques.

Le projet vise également à caractériser la dynamique profonde de la lithosphère en localisant les sources de sismicité près de l’archipel. En ce qui concerne la couverture instrumentale actuelle en stations sismiques, l’archipel de Kerguelen ne bénéficie actuellement que de la station permanente du réseau sismique GEOSCOPE. Ainsi, le déploiement de plusieurs stations sismiques opérant sur les îles de Kerguelen améliorera localement la couverture instrumentale et complétera le réseau sismologique de l’océan Indien.