• Acronyme :
    GMOSTRAL 3
  • Référence :
    1028
  • Domaine de recherche :
    Sciences de la Terre et de l'Univers
  • Région :
    Antarctique, Subantarctique, Concordia, Amsterdam
  • Site :
    Université Grenoble Alpes :
  • Responsable du projet :
    Magand Olivier

Observations mondiales sur le mercure : surveillance de l'atmosphère et études des processus atmosphériques dans les régions subantarctiques et les terres antarctiques 3

Le mercure (Hg) est un composé neurotoxique important globalement dispersé dans l’atmosphère. La population humaine est principalement exposée au mercure via l’alimentation (produits de la mer principalement). En 2017, la Convention internationale de Minamata est entrée en vigueur. Celle-ci vise à limiter l’utilisation, les émissions et les effets sur la santé du mercure à l’échelle mondiale. L’efficacité de la Convention à réduire (i) les émissions de mercure, (ii) les concentrations de celui-ci dans l’environnement et finalement (iii) l’exposition humaine au mercure devra être évaluée au fil du temps. Comment la communauté scientifique peut-elle contribuer à évaluer l’efficacité de la convention et des politiques gouvernementales mises en oeuvre ? GMOSTRAL-3 propose de travailler à l’amélioration de la connaissance des processus et des outils de décision tels que les modèles par:
♦ une surveillance continue du mercure atmosphérique (mise en oeuvre depuis 2012) dans des sites clés de l’hémisphère sud (station Concordia – district Antarctique – et l’île d’Amsterdam – district Sub-Antarctique)
♦ le développement de stratégies alternatives pour surveiller ce composé (et d’autres contaminants) à moindre coût
♦ une meilleure paramétrisation des voies d’oxydation du mercure par une approche innovante (étude des isotopes, spéciation des espèces oxydées du mercure) visant à améliorer les modèles
♦ la mise en oeuvre et coordination de campagnes de terrain intensives ciblées sur l’étude des oxydants atmosphériques (exemple des halogènes)